Etat des lieux

Fiche Action

  • Localisation :
    Saint-Pierre-et-Miquelon, France
  • Situation de l'espèce :
    Selon UICN : En danger critique en France métropolitaine Préoccupation mineure à l'échelle mondiale
  • Période :
    Juin 2015 - Juin 2018

Mécène

Opérateur terrain

L’Eider à duvet est le plus gros canard de mer de l’hémisphère nord. Il est exploité par l’homme depuis longtemps pour sa viande, ses œufs mais aussi pour son duvet particulièrement chaud et léger.

En France métropolitaine il est considéré comme nicheur assez rare. La reproduction de l’Eider à duvet est marginale en France. Au total, il y aurait une dizaine de couples nicheurs réguliers en France, essentiellement en Bretagne et dans le bassin d’Arcachon, limite sud de son aire de répartition.

Sur la côte Sud de Terre-Neuve, il existe une forte proportion d’eiders de la sous- espèce du Sud (Somateria molisima dresseri). En hiver, cette population du Sud est mélangée à la sous-population du Nord (Somateria mollisima borealis), et on ne connaît pas l’évolution distincte de chaque sous-population (les comptages sont globaux : une stabilité apparente de la population totale d’eiders peut cacher le déclin d’une des deux sous- espèces).

L’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon abrite la plus forte population française d’eiders à duvet.

Les eiders hivernant autour de l’archipel proviennent en majorité de Terre-Neuve et du Sud du Labrador. Des comptages réguliers et annuels sont effectués depuis 1986. Sur les côtes de l’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon, on retrouve en hivernage les deux sous-espèces borealis et dresseri. La sous-espèce dresseri est réputée pour être plus méridionale et avoir autrefois niché dans l’archipel. La sous espèce borealis niche aujourd’hui sur des iles sauvages proches, désertées de toute présence humaine : « les iles brunettes ».

Le comptage aérien effectué par le service canadien de la faune en 2006, a laissé apparaître une dispersion des bandes, et non plus d’importants regroupements (une bande de 10 000 individus fut dénombrée en 2003). On peut donc considérer qu’une population de 10 000 oiseaux fréquente les alentours de l’archipel contre 3500 individus en 2003. Le dernier comptage aérien de 2012, a révélé une fréquentation avoisinant les 30 000 oiseaux, dont prêt de 40% de mâles.

Néanmoins de fortes fluctuations annuelles apparaissent qui sont en partie due aux conditions météorologiques ambiantes à la période de comptage.
Potentiellement les oiseaux peuvent se situer tout autour de l’archipel toutefois on observe des zones préférentielles comme indiqué ci-dessous.

Cette espèce d’oiseaux tient une place particulière tant en valeur patrimoniale que dans la culture locale. Elle est partie prenante de l’écosystème marin environnant et est un maillon essentiel des réseaux trophiques.

Opérateur Terrain

Nom de la structure :

SPM Frag’îles

Contact :
Catherine DETCHEVERRY , Présidente de l’association SPM Frag’îles

Principales missions :

Créée en 1992, l’association SPM Frag’îles a pour principal objectif l’étude, la protection et la promotion du patrimoine naturel et du cadre de vie dans l’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon. Elle a pour vocation d’améliorer la connaissance des espèces et des écosystèmes de l’archipel, en vue de leur conservation et de leur protection tout en essayant de valoriser cette biodiversité.

C’est dans cet esprit de préservation et de partage des connaissances, que l’association s’est lancée dans la réalisation d’études sur la biodiversité de l’archipel et plus spécifiquement sur les mammifères marins, les oiseaux marins, les espèces invasives, les espaces et espèces emblématiques locales.

Objectifs

Objectif :

Participer à l’évaluation du statut de l’Eider potentiellement vulnérable, et contribuer à la protection de la population de Saint-Pierre-et-Miquelon, et par extension des populations nord américaine.

Actions

  • Poursuivre les comptages terrestres autour de l’archipel

  • Compléter les données précédentes par des comptages réalisés en mer au sein d’embarcations sécurisées

  • Contribuer, dans la mesure du possible et sous réserve de financements suffisants, aux comptages aériens sur la grande région inventoriée

  • Comparer les résultats de comptages à vue aux données des comptages aériens

  • Développer des outils de sensibilisation sur la préservation de l’eider

Actu

- Septembre 2016 -

Deux nouvelles couvées estivales d’Eiders à duvet à Saint-Pierre-et-Miquelon

Alors que la majorité des eiders à duvet, présents pour la période d’hivernage, quitte l’archipel pour la période de nidification, les membres de l’association SPM Frag’îles ont observé pendant l’été, de nouveau cette année, deux femelles et 4 jeunes. Comme l’année dernière, ces observations ont été faites près de l’île aux Vainqueurs, à l’est de l’île de Saint-Pierre. Actuellement, les eiders reviennent peu à peu autour de l’archipel. Une vingtaine d’individus ont été vus dans le sud-ouest de Saint-Pierre.

- Avril 2016 -

Olivier Born à la rencontre des eiders à duvet à Saint-Pierre-et-Miquelon

Le photographe Olivier Born s’est rendu à Saint-Pierre-et-Miquelon, pour rencontrer l’équipe de l’association SPM Frag’îles et lui consacrer un reportage. Les membres de l’association lui ont réservé un accueil chaleureux, suivi d’un programme chargé. Olivier a pu découvrir touts les richesses naturelles exceptionnelles de l’archipel et suivre l’équipe de SPM Frag’îles dans leurs actions de comptage et lors des sessions d’observation des eiders à duvet. Les photos de ce reportage seront à découvrir sur les prochains supports de notre partenaire Eider.

Equipe SPM Fragiles © Olivier Born

- Février 2016 -

L’équipe de SPM Frag’îles a reçu les équipements techniques EIDER !

Pour affronter le froid lors des sessions d’observation et de comptage des eiders à duvet autour de l’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon, l’équipe de l’association SPM Frag’îles a bénéficié d’un soutien matériel apporté par l’entreprise EIDER. En effet, chacun a reçu des équipements techniques conçus spécialement pour les grands froids, idéal pour le suivi des populations d’eiders à duvet sur le terrain !

L’équipe de l’association SPM Frag’îles lors d’une session d’observation © SPM Frag’îles

- Janvier 2016 -

6500 eiders à duvet estimés autour de Miquelon-Langlade

La dernière séance d’observation et de comptage d’eiders à duvet a été réalisée sur Miquelon-Langlade. L’évaluation des différents groupes d’eiders identifiés a conduit à une estimation d’une population de près de 6 500 individus de « moyaks », nom amérindien pour l’espèce, autour de la commune de Miquelon-Langlade. Ces chiffres sont un peu plus faibles que les années précédentes.

Selon l’association, les conditions climatiques relativement clémentes pour la saison peuvent être la raison pour laquelle les oiseaux restent plus au nord pour le moment, où les conditions plus fraîches leurs sont plus favorables.

– Novembre 2015 –

Les eiders de retour à Saint-Pierre-et-Miquelon

Il faut savoir que l’archipel de Saint Pierre et Miquelon est une zone d’hivernage importante pour les Eiders à Duvet. Ils y viennent pour chercher un abri, une nourriture facilement disponible, un lieu où la prédation et le dérangement sont minimes.

Les Eiders se rassemblent par groupes constitués de quelques dizaines d’individus à quelques milliers.

Rassemblement d’Eiders © SPM Frag’îles

Ils restent constamment dans leur zone, proche des côtes, sans jamais revenir à terre. Les groupes ne se mélangent pas entre eux mais peuvent se déplacer vers des zones secondaires en cas de prédation ou d’intempéries.

Pour la première fois, l’année dernière, une couvée a été observée (1 femelle et ses jeunes) près de l’Ile aux Vainqueurs, à l’est de l’île Saint-Pierre. Cette île correspond très bien à son habitat. L’association attend impatiemment de savoir si, cette année encore, ce phénomène se renouvelera car il faut savoir que les Eiders quittent l’archipel en Avril / Mai pour retourner sur leur zone de nidification située à divers endroits du Canada (Labrador, Terre Neuve et Golfe du Saint Laurent).

Les Eiders à Duvet arrivent à Saint Pierre et Miquelon courant octobre avec son apogée en décembre avec environ 15 000 individus.

Ils restent dans les eaux territoriales jusqu’en Avril-Mai puis migrent vers leur zone de nidification.

- Septembre 2015 –

Bilan des comptages de la période 2014-2015

Lors de la période de comptages 2014-2015, 12 345 observations ont été réalisées par l’association SPM Frag’îles sur cinq principaux sites.

Ces comptages ont pu être complétés par des données issues du Service Canadien de la faune qui a réalisé un survol de la zone dans le cadre de l’identification des populations d’eiders. Lors de ce comptage aérien, 15 000 individus ont été observés.

Galerie Photos

Eider 2 (1)
Eider 3 (1)
Eider 4 (1)

1 2 3