Etat des lieux

Fiche Action

  • Localisation :
    Mer de Cortez, Mexique
  • Situation de l'espèce :
    En danger critique d'extinction selon l'IUCN
  • Période :
    Janvier 2010 – Décembre 2012

Mécène

Opérateur terrain

Le Vaquita est le cétacé le plus menacé au monde.


Les femelles mesurent en moyenne 140.6cm tandis que les mâles ont tendance a être un peu plus petit. C’est une espèce naturellement rare et la seule espèce endémique de mammifère marin des eaux mexicaines. Curieusement, l’espèce est restée inconnue auprès de la science jusqu’à la deuxième moitié du siècle dernier .

Depuis 1960 la pêche est une menace majeure pour les marsouins, particulièrement a cause des filets a grandes mailles. En 1997, la population a été estimée à environ 600 spécimens mais aujourd’hui on n’en compte plus que 150. Cette réduction est due aussi bien à une augmentation de la pêche qu’à un potentiel limité de la croissance de Vaquita.

Fort de dix années de recherche, il a été possible d’attirer l’attention du  gouvernement mexicain sur la décroissance de la population de Vaquita. Suite à cette sensibilisation, le gouvernement mexicain a initié en 2007 quelques actions en vue de rétablir le nombre de marsouin. Il a en particulier mis en œuvre un programme de reconversion qui incite les pécheurs à changer leur activité économique. Les activités de surveillance ont été intensifiées afin d´éviter l´utilisation de filet maillant dans les zones de refuge du Vaquita. Tout ceci a engendré une réduction de 40% de l’activité de pêche dans la région. Malheureusement d’avantage d´informations sont nécessaires pour développer des actions de conservation efficaces. Les protocoles actuels restants insuffisants pour détecter l’évolution de cette petite population. En 2008, le gouvernement mexicain a pris l’engagement de réduire à zéro les captures accidentelles de Vaquita et cela dans un délai de trois mois.

Les responsables du projet sont le Dr. Lorenzo Rojas Bracho et le Dr. Armando Martín Jaramillo :

  • Le Dr. Rojas participe depuis 1999 aux programmes de recherche sur les mammifères marins de l´Université Autonome de Basse Californie Sud (UABC). Il est aujourd’hui à la tête du Groupe pour la Recherche et la Conservation  des Mammifères Marins (Marine Mammal Research and Conservation Group) de l´Institut National d´Écologie du Mexique et est membre de la Commission Baleinière Internationale (CBI) pour le Mexique et du groupe d´experts sur les cétacés de l´IUCN.
  • Le Dr. Armando Martin Jaramillo est un biologiste spécialisé dans l´océanographie côtière. Il est responsable de l´analyse et de l´évaluation des données obtenues lors de la campagne 2008 pour estimer l’importance de la population du Vaquita. Actuellement, il fait partie du programme national de recherche et de conservation des mammifères marins de l´Institut National d´Écologie du Mexique.

Opérateur Terrain

Nom de la structure :

Équipe Cousteau

Contact:

Mme. Francine COUSTEAU – Équipe Cousteau

Principales mission:

  • Connaître par les expéditions sur les lieux les plus sensibles de la planète, par les films, les livres, les magazines, par la technologie multimédia, par les conférences et les interventions dans les médias internationaux et dans les rencontres internationales signalées et par les programmes éducatifs pour les Universités et pour les enfants aux Etats-Unis avec Cousteau Kids pour les écoles.
  • Faire aimer par le lien entre les membres des associations françaises et américaines et par le réseau des Écoles Cousteau. Aimer l ´environnement aquatique c’est lui prodiguer des soins.
  • Protéger par le programme « Label Cousteau » le développement intégré du littoral mondial, par la pétition pour un Tribunal International de l’Environnement et l’encouragement des belligérants potentiels à demander l’arbitrage de leurs conflits par la Cour Permanente d’Arbitrage de La Haye, afin que les Droits des Générations Futures soient préservés.

Site internet de Cousteau

Objectifs

Objectif principal : suivre les variations des populations de Vaquitas et leurs tendances d’évolutions

Le développement d´un détecteur acoustique va permettre d’estimer la répartition de l´espèce

La Vaquita émet des sons à hautes fréquences, différentiables de tout autre signal acoustique biologique, un peu comme une carte d´identité de l´espèce. Il est donc possible de développer des détecteurs acoustiques autonomes. Ce système va permettre de recueillir sur plusieurs semaines ou plusieurs mois suffisamment de données pour pouvoir déceler des fluctuations, même faibles de l´effectif. Ce système est le plus efficace et le plus rentable. Les sorties en mer serviraient alors uniquement à récupérer les données acquises par les détecteurs. Le réseau de détecteurs acoustiques permettra :

  • D´améliorer les estimations d´abondance
  • D´évaluer, en observant les tendances,  le degré de menace pesant sur l´espèce.
  • De comprendre l´histoire de ces populations
  • De fournir aux décisionnaires des informations critiques sur les risques et les scénarios potentiels

Les informations recueillies montrent qu’il est encore possible de protéger la Vaquita et son habitat mais que pour cela il est nécessaire et urgent de :

  • Tester des conceptions de déploiement sur le terrain, en utilisant des détecteurs factices. Étudier la résistance de ces systèmes face aux conditions océanographiques, face aux situations de vols ou de récupérations conséquences des activités de pêche.
  • Obtenir des données nécessaires pour la conception des systèmes à déployer dans le programme  de surveillance basés sur des détecteurs autonomes acoustiques
  • Tester des conceptions de déploiement sur le terrain, en utilisant des détecteurs de fonctionnement, pour tester la fiabilité des données acoustiques recueillies
  • Obtenir d´autres données acoustiques pour mesurer les paramètres associés au comportement acoustique des Vaquitas, afin d’augmenter la série historique sur la détection acoustique basée sur des protocoles d´échantillonnage similaires.
  • Obtenir des photos et vidéos de données graphiques sur l´état corporel et la présence de Vaquita, en  utilisant des observations plus fiables, fournies par la technique acoustique.

Actions

Le port de base pour les travaux de terrain est San Felipe ; le port de pêche le plus proche de la zone de répartition du Vaquita.

Les méthodes actuelles pour obtenir des données acoustiques se basent sur l´observation visuelle et la détection acoustique active. Mais elles se sont révélées insuffisantes pour détecter des changements dans une population où l´effectif est aujourd’hui´hui aussi faible. La mise en place d´un système de détecteurs acoustiques fournira des informations essentielles pour la conservation de l´espèce.

1. Déterminer le système adéquat d´amarrage

La première étape dans le projet de Vaquita est de déterminer le système adéquat d´amarrage des détecteurs acoustiques dans le milieu marin. Deux modèles de dispositifs d´amarrage sont prévus ;

  1. Le premier est basé sur un  modèle sous-marin, non visible en surface. L´avantage de ce système, c’est que les vols potentiels sont évités.
  2. Le deuxième, basé sur l´utilisation de bouées, est visible à la surface de l´eau. L´avantage de ce système est que les dispositifs sont facilement localisables et les données peuvent être facilement mise en œuvre.

Des ingénieurs experts seront consultés pour développer des prototypes de ces deux systèmes. Ils seront ensuite testés dans les différentes conditions océanographiques et météorologiques.

Les prototypes seront testés pour mesurer leur résistance aux conditions océanographiques et météorologiques. Les bouées seront laissées dans la zone d´échantillonnage pour tester leur efficacité. Les bouées ont déjà été testées aux pires conditions météorologiques, ce qui présente déjà un avantage.

Résultats attendus :

L´évaluation des systèmes d´amarrage/ancrage pour choisir le prototype qui est le plus efficace.

2. La mise en place d´un réseau de détecteurs acoustiques

Les essais des prototypes de détecteurs seront effectués à des moments différents afin d’ évaluer la fiabilité des informations acoustiques. Les tests ont débuté durant la période  printemps-été 2010, et un rapport sur les données recueillies sur le terrain sera préparé fin 2010. L´implantation du réseau opérationnel débutera à partir d´août dans la zone refuge du Vaquita. Un comité directeur, rassemblant les différents experts scientifiques, suivra et analysera les résultats de l´étude. Ils mettront ensuite en avant  les premières recommandations visant à développer un système approprié avant le déploiement du réseau définitif. Ce dernier devrait être mis en place au cours de la période hiver-printemps 2011.

Résultat attendu :

L´évaluation des prototypes de détecteurs pour le déploiement du réseau définitif

Résultats 2010

Le début des tests d´amarrage/ancrage planifiés pour début avril a été retardé une semaine par un séisme de 7.2 sur l´échelle de Richter secouant l´état de la Basse Californie. Les routes donnant accès à la zone de répartition du Vaquita ont été endommagées et l´accès limité. Heureusement les dégâts à Ensenada où se trouve le laboratoire ont été plutôt faibles.

En avril, peu après avoir mis en place les premiers tests en mer, l´un des deux systèmes d’ancrage n´a pas pu pas être retrouvé par l’équipe de recherche. La localisation des systèmes d´amarrage par GPS n´étant pas suffisante et rendant plutôt difficile la récupération des systèmes d´amarrage. Grâce à ces premiers tests en mer, les scientifiques espèrent pouvoir obtenir des  résultats précis. Ils souhaitent aussi améliorer le système actuel d´ancrage et récupérer le systèmes perdus.

Les responsables du projet au Mexique, le Dr. Rojas et le Dr. Martín Jaramillo sont allés à la réunion de la Commission Baleinière International (CBI) qui s´est réunie cette année du 21 au 25 juin à Agadir. Le cas de la Vaquita a été de nouveau abordé par le comité scientifique. La commission a présenté sa reconnaissance, envers les différents sponsors et équipes, qui travaillent sur le développement du système autonome de suivi de la population du Vaquita, système basé sur la mise en place d´un réseau de détecteurs acoustiques. La commission encourage vivement le Mexique à poursuivre et à intensifier ses efforts pour conserver les Vaquitas. Le but étant que le cas du Vaquita serve de référence à l´avenir pour d´autres pays qui rencontre des  problèmes similaires.

Après avoir testé les systèmes d´amarrage, l´étude pilote avec les premiers véritables détecteurs a pu débuter. Deux C-PODs (détecteurs acoustiques) ont été installés sur les systèmes d´amarrage, qui ont auparavant été laissés deux mois dans l´eau. Après cette période d´essai, les premières détections de Vaquitas ont pu être effectuées! Les données recueillies sont en cours d´analyse et ont été envoyées à Nick Tregenza (le concepteur du système C-POD) pour évaluation. Ces données seront également utilisées pour faire les premiers calculs de « densité acoustique ». Ils serviront ainsi, à estimer les efforts nécessaires à fournir, pour estimer les tendances démographiques de la population.


Actu

- Mars 2013 -

L’analyse des données se poursuit, fournit des informations…et soulève de nouvelles questions

S’il est impossible aujourd’hui de conclure sur la répartition ou le nombre précis de Vaquitas sur la zone en raison de la jeunesse du dispositif et une période de relevés encore trop courte, des questions émergent néanmoins : l’activité acoustique concentrée au Sud-Est est-elle due à une plus forte concentration de Vaquitas, ou à une zone active de pêche, ou encore à la proximité des activités humaines ? Quel est le lien entre la présence d’autres dauphins et l’intensité de l’activité acoustique des Vaquitas ? La carte de l’activité acoustique va-t-elle évoluer au cours des prochaines années ? Autant de questions auxquelles il est primordial de répondre par la poursuite du projet, les scientifiques estimant que six années de collecte de données seront nécessaires.

- Août 2012 -

Mission au Mexique

Le Président du FDB, Bernard Limal, s’est rendu en août dernier à Ensenada, à l’ouest du Mexique, afin de rencontrer les scientifiques en charge du projet d’étude et de conservation du Vaquita et évaluer son bon fonctionnement. Le Président a été accueilli chaleureusement par les scientifiques du centre de recherche à Ensenada. Les avancées du projet ont été présentées préalablement à une sortie en mer avec démonstration de relevé de balises en mer de Cortez. Ces balises sont utilisées pour le suivi acoustique des Vaquitas, particulièrement difficiles à observer de par leur rareté, leur petite taille, leur caractère craintif et l’opacité des eaux en provenance du Colorado. Une autre journée fut dédiée à la rencontre avec les pêcheurs et les représentants des aires protégées de laquelle ont germé des idées de mesures communes de gestion des Vaquitas.

Cette rencontre avec les acteurs de terrain et les autorités mexicaines a permis de se projeter dans une perspective dynamique pour le cétacé le plus menacé dans le monde.

Photo de groupe des participants de la réunion avec les pêcheurs (© B. Limal, FDB)


- Mars 2012 -

Des résultats faisant progresser le suivi du Vaquita au Mexique

Fin 2011, après 83 jours d’enregistrement en mer, les détecteurs de 19 sites d’échantillonnage ont été récupérés pour l’analyse des données. Au total 925 rencontres acoustiques de Vaquita ont été identifiées.

Cette phase d’analyse a permis de faire ressortir les informations suivantes :

-          une répartition géographique plus précise des populations commence à se dessiner, avec une présence des Vaquitas qui serait plus importante au sud-ouest, hors de la zone refuge.

-          les Vaquitas, classés dans la famille des marsouins, semblent réduire leur activité acoustique en présence de leurs cousins dauphins. Ce comportement pouvant introduire un biais dans les estimations, une analyse approfondie de la relation entre les rencontres acoustiques de Vaquitas et les dauphins est projetée afin de fiabiliser l’estimation de la présence des Vaquitas dans la zone.

A terme, cette étude pourra permettre, à partir d’une meilleure connaissance de la répartition géographique du Vaquita, d’adapter les mesures de protection


- Novembre 2011 –

Des analyses longues mais prometteuses !

Alors que les détecteurs acoustiques amarrés aux bouées délimitant la zone refuge de la vaquita continuent d’enregistrer l’activité acoustique, l’équipe scientifique est en train d’analyser l’ensemble des données récoltés durant l’été. Certains fichiers provenant de détecteurs installées dans des zones calmes sont analysés rapidement, mais la plus part des détecteurs ont enregistrés un très grand nombre de signaux sonores. Deux fichiers qui ont nécessités plus de 5 jours pour être analysés contiennent plus de 150 signaux correspondant à des sons émis par des vaquitas ! L’équipe en est à la phase de calibration du logiciel d’analyse des données acoustiques ainsi que d’identification des signaux correspondant aux vaquitas; la prochaine étape sera de calculer les taux de détection de vaquita en fonctions des différents paramètres environnementaux comme les marées.


- Octobre 2011 –

Fin de la saison pour la collecte de données des détecteurs acoustiques sur la Mer de Cortez

L’ensemble des équipements acoustiques et des systèmes d’amarrage ont pu être récupérés avant le début de la saison de la pêche à la crevette. Malheureusement, certains équipements n’ont pas été trouvés à l’emplacement attendu, c’est à dire sur le site où ils avaient été mis en place et n’ont pas pu être récupérés malgré plusieurs tentatives. L’équipe de recherche a mis en place un système de récompense pour les pêcheurs qui auraient trouvé un des détecteurs manquant à l’appel. Deux de ces détecteurs qui n’avaient pu être récupérés ont été ramenés par des pêcheurs; l’équipe a donc bon espoir de retrouver l’ensemble des détecteurs lorsque ceux-ci ont été déplacés, grâce au concours des pêcheurs de la région. L’équipe scientifique va maintenant s’atteler à l’analyse des données.


- Septembre 2011 -

Le projet  « Opel Earth » visite le vaquita.

15 jeunes étudiants et scientifiques de divers horizons se sont réunis autour du projet « Opel Earth » pour une expédition d’un mois en Tanzanie, en Arctique et au Panama.

Ils se sont arrêtés une semaine au Mexique auprès de l’Equipe Cousteau. Les scientifiques de l’Equipe qui assurent le suivi de la population de vaquitas ont expliqué aux participants les dangers encourus par l’espèce ainsi que les méthodes utilisées pour les étudier et les protéger. Une sortie en mer dans la zone refuge du vaquita a permis de leur présenter l’installation des récepteurs acoustiques sur les bouées qui délimitent la zone refuge. Suivis par la presse, les participants pourront ainsi rappeler à un large public les menaces qui pèsent sur le vaquita et sur un grand nombre d’espèce de petits cétacés.


- Août 2011-

Le réseau de détecteurs acoustiques du vaquita bientôt en place!

L’ensemble des systèmes d’amarrage sous-marins a été installé en mai et juin. La zone Refuge pour le Vaquita est donc entièrement quadrillée par ces systèmes d’amarrage destinés à la mise en place de la cinquantaine de détecteurs acoustiques C-PODs, évoqués dans la newsletter de mai-juin 2011, sont prévus pour être opérationnels en Septembre.


- Juillet  2011 –

Déploiement du réseau acoustique complet

A la suite fin de l’étude pilote et de ses résultats très positifs, malgré des conditions météorologiques ne facilitant pas les opérations, la mise en place du réseau acoustique complet est en préparation : assemblage de l’ensemble des systèmes d’amarrage et préparation des détecteurs acoustiques C-PODs pour leur mise en place. L’équipe scientifique prévoit la récupération des détecteurs début Septembre pour télécharger les données enregistrées et commencer à les analyser. D’ici là la présence des détecteurs sera vérifiée régulièrement. Au cours des mois de juin et juillet, la Commission Baleinière Internationale examinera également la situation critique du Vaquita.


108 « rencontres acoustiques » !

Depuis le début des tests, l’équivalent de 540 jours d’enregistrement ont été réalisés. Sur toutes les données acoustiques collectées, 108 signaux acoustiques correspondent à des vaquitas. Les résultats d’un workshop ayant réuni divers experts en 2009 indiquaient que l’équivalent de 5000 jours par an d’enregistrement seraient nécessaire pour atteindre une précision suffisante. Le réseau de l´Equipe Cousteau, réseau final comptant plus de 50 détecteurs devrait permettre d’atteindre cet objectif en moins de 3 mois de fonctionnement. Les résultats de l’étude pilote sont très prometteurs et confirment bien ces prédictions, le réseau d’écoute permettra d’obtenir des estimations suffisamment précises du nombre de vaquitas pour détecter aussi les évolutions de cette population !


- Mai 2011 -

Le gouvernement mexicain prone l´usage de nouveaux filets de pêche pour protéger les vaquitas du risque de captures accidentelles

Alors que l’analyse des données des détecteurs acoustiques progresse, les recherches se poursuivent dans le cadre du programme du gouvernement en vue de développer des engins de pêche qui ne menaceraient pas le vaquita. Au cours de la dernière saison de pêche, un nouveau prototype de filet a été utilisé par 127 bateaux, dont 39 ont participé au programme de test de l’Institut National de la Pêche Mexicain (INAPESCA).

Par ailleurs, comme l’année précédente, aucun candidat ne s´est inscrit sur le programme de « Buy out » visant à indemniser les pêcheurs qui souhaitent arrêter leur activité de pêche et se reconvertir dans une nouvelle activité. Le gouvernement mexicain s´attache pourtant à répondre aux besoins de formation permettant de faciliter la reconversion des pêcheurs.

Développement opérationnel du réseau acoustique en Mer de Cortez

Dans les précédentes lettres, le FDB avait présenté la mise en place des détecteurs acoustiques utilisés pour l’étude pilote à la Mer de Cortez au Mexique. Ces détecteurs seront bientôt récupérés afin de relever les données enregistrées depuis le mois de février. Ces données seront ajoutées à celles déjà récoltées et l’ensemble sera analysé. Les résultats de cette analyse seront présentés au Comité directeur de la Zone refuge pour le vaquita, en charge de mener les actions pour la préservation de l’espèce. Ce comité rendra alors ses recommandations pour l’évolution et l’adaptation du réseau opérationnel qui comptera une soixantaine de détecteurs acoustiques quadrillant la zone de répartition du vaquita.




- Mars 2011 -

Déjà 400 jours de données enregistrées pour les vaquitas de la mer de Cortes !

Les détecteurs acoustiques utilisés lors des premiers tests sont en activité depuis Mai 2010. En ajoutant les enregistrements des détecteurs mis en place en novembre, l´équipe mexicaine a déjà en stock l’équivalent de 400 jours de collecte de données !
Un premier résultat considéré comme exceptionnel a permis d´identifier près de 80 « rencontres acoustiques » en particulier à proximité de Rocas Consag. Ces résultats viennent conforter les études précédentes sur la répartition de la population de vaquitas dans la région.


- Décembre 2010 -

Étude pilote vaquita au Mexique, c’est parti !

L´étude pilote du Programme Vaquita a démarré initialement sur la « zone refuge » de l´espèce située dans la Mer de Cortés au Mexique. Cette zone a été « découpée » en 6 secteurs, et la première phase de l´étude pilote s´est déroulée sur 10 sites à travers ces secteurs ; 6 sites qui correspondent au centre de chaque secteur du refuge, les sites correspondant aux bouées G, D, et les sites numéros 44 et 7 (voir Carte). Afin de s´assurer que cette étude soit bien représentative de toute la zone, les chercheurs de l´Équipe Cousteau vont sélectionner un total de 13 autres sites « au hasard » pour avoir un total de 23 sites dans l´étude pilote.

De nouvelles actions en faveur de la conservation du vaquita au Mexique

Le gouvernement mexicain et plusieurs ONG locales (Alto Golfo Sustentable et Noroeste Sustentable) ont lancé de nouvelles actions visant à diminuer le nombre de bateaux de pêche et le nombre de filets maillant (principale menace pour le mammifère marin) dans la zone de répartition des Vaquitas.
Des panneaux et des brochures d’information sur le plan national d’actions en faveur de la vaquita ont été distribués aux communautés locales. Un programme de développement d’activités alternatives pour les pêcheurs a été mis en place.
L´intégration des sciences écologiques, de la technologie, des sciences sociales et de l’économie est essentielle pour le succès de ce programme visant la conservation du vaquita.


- Novembre 2010 -

Premières vocalisations de Vaquita repérées par les analyses acoustiques, Mexique

Le logiciel de détection acoustique s´est avéré très efficace pour analyser plus de 200 jours de données enregistrées par l´Équipe Cousteau. Des données ont été identifiées, et elles pourraient bien correspondre au signal des Vaquitas. Ce programme filtre toutes les données et crée un fichier de données propres, réduisant considérablement le temps consacré à l’analyse manuelle des données. Les chercheurs ont vérifié la fiabilité du programme en comparant les 200 jours de données filtrées par le programme automatique à 50 jours de données « non filtrées » et ont assuré que les signaux de vaquita déchiffrés étaient corrects. C’est une étape décisive en faveur de la conservation des Vaquitas qui vient d’être franchi.

Galerie Photos

Vaquita du Mexique
Vaquita du Mexique

1 2 3

Galerie Vidéos

http://www.saveyourlogo.org/wp-content/uploads/FDB_A-Jaramillo_-150Kbs_744Mo_FR1.flv