Etat des lieux

Fiche Action

  • Localisation :
    Golf Normano-Breton, France
  • Situation de l'espèce :
    commune à l'échelle mondiale, sédentaire et menacée sur zone
  • Période :
    Janvier 2010 – Décembre 2012

Mécène

Opérateur terrain

Partenaires

La population de grands dauphins sur la côte ouest du département de la Manche est curieuse pour deux raisons: elle est sédentaire, et c’est la plus importante population de grands dauphins en France. . Malheureusement cette population est soumise à de nombreuses pressions liées aux activités humaines, telles que la plaisance, la navigation de commerce, la pêche, etc. Dans un futur proche, l´implantation de parcs éoliens est prévu, et leurs impacts sur les mammifères marins et leur milieu sont encore très mal connus. En conséquence, il est urgent d’approfondir notre connaissance sur cette population.

Le GECC est une organisation spécialisée dans l´étude des grands dauphins (Tursiops truncatus) sur les côtes du département de la Manche et qui a mené en mer plusieurs campagnes pour mettre en place un suivi sur la population marine et pour identifier les animaux. La méthode principale qui a été utilisée est la photo identification. Parallèlement a ses activités scientifiques, le GECC a développé bon nombre d´actions pour faire connaître les dauphins au grand public et le sensibiliser sur la présence de ces mammifères marins. Depuis plusieurs années, le GECC a également mis en place un réseau d´observateurs bénévoles, composés principalement de pêcheurs et de plaisanciers qui transmettent à l´association toutes leurs observations faites en mer, ce qui permet de pouvoir couvrir plus efficacement la zone. Les premières cartes de répartition de la population de grands dauphins ont été réalisées par le GECC en 2009.

Opérateur Terrain

Nom de la structure :

GECC (Groupe d´Étude des Cétacés du Contentin et des mammifères de la Manche)

Contact :

M. François GALLY – GECC

Principales missions :

  • L’étude des cétacés et des pinnipèdes fréquentant le littoral normand et la Manche
  • La sensibilisation auprès du grand public, pour mieux connaître ces mammifères marins et contribuer efficacement à leur protection.

Site internet du GECC

Objectifs

Objectif principal : Améliorer la connaisssance et la gestion des grands dauphins

  • Favoriser la connaissance des grands dauphins dans le golf normano-breton, espèce, rappelons-le, protégée par plusieurs conventions européennes et internationales mais qui est, cependant, très mal connue dans cette zone géographique,
  • Donner des éléments de réponse aux gestionnaires de la zone (DIREN, Conservatoire du littoral, Agences des Aires marines protégées) pour évaluer la nécessité de mettre en place des plans de préservations pour ces mammifères marins,
  • Informer et sensibiliser le grand public pour une préservation durable.
  • Actions

    1. La photo-identification

    La photo-identification sera utilisée pour le suivi individuel des grands dauphins; elle consiste à prendre en photo leurs ailerons, lors de sorties en mer. Au lieu d´être physiquement marqués, les odontocètes vont pouvoir être identifiés avec des photos grâce aux caractéristiques de leur nageoire dorsale (encoches, griffures). Elles font office de marques naturelles et sont une alternative au marquage artificiel. Les données obtenues par la photo-identification peuvent êtres utilisées pour analyser les associations entre individus, la structure sociale du groupe, l´habitat, les mouvements, et les paramètres démographiques de la population (sa taille, la probabilité de survie, le recrutement et le taux de croissance).

    Résultats attendus :

    • L´identification des individus de la population grâce a la caractéristique de la nageoire dorsale
    • L´analyse des associations entre individus, la structure sociale du groupe, l´utilisation de l´habitat, mouvements et distribution
    • Des informations sur les paramètres démographiques de la population


    2. Les biopsies

    À l´heure actuelle, l´identification par la photographie livre une image incomplète sur la structure de la population des grands dauphins, ainsi que sur les impacts humains subis par ces mammifères. Pour avancer sur la connaissance de ces animaux (leur mode de vie et leurs comportements), le GECC a proposé d´effectuer des biopsies. En conséquence, l´association a demandé et a obtenu une dérogation ministérielle, valable jusqu´en septembre 2012. Les biopsies sont des outils scientifiques très importants qui vont permettre de livrer des analyses génétiques, ainsi que des données sur l´écologie alimentaire de l´espèce et les contaminants. Cependant, le GECC s´engage à arrêter les biopsies au moindre signe de gêne chez les grands dauphins.

    Résultats attendus :

    • La connaissance du sexe des animaux, laquelle peut apporter des données importantes sur la structure sociale
    • La comparaison des données de la population de grands dauphins de La Manche avec les autres populations européennes identifiées
    • L´étude du régime alimentaire des grands dauphins
    • L´évaluation du taux de contamination des grands dauphins de La Manche

    3. Les analyses génétiques

    Les analyses génétiques permettent de connaître le sexe des grands dauphins échantillonnés et de préciser la structure génétique de la population. Connaître le sexe des grands dauphins est  particulièrement important lorsqu´on étudie le niveau de contaminations. Chez les mâles, les niveaux d’organochlorés (PCB) augmentent régulièrement avec l´âge. Tandis que les femelles ont tendance à se décharger de ces contaminants. Le sexage des animaux peut aussi donner des informations précises et importantes quant à la structure sociale de cette population et ainsi permettre de répondre aux questions suivantes : les individus les plus marqués sont-ils des mâles ou des femelles ? Où vivent les mâles ?

    Finalement, les données génétiques de la population des grands dauphins vont permettre la comparaison avec les autres populations identifiées dans les eaux européennes. Il sera alors possible de confirmer si des liens existent entre ces différents groupes et si la population de grands dauphins étudiée est ouverte ou fermée.

    Résultats attendus :

    • Étude du régime alimentaire de l´espèce

    Les biopsies permettent également d´étudier le régime alimentaire de l´espèce par l´analyse des isotopes stables de carbone et d´azote des protéines du derme. Les concentrations d´isotopes varient selon les espèces de poissons et de cru.

    • Évaluation du taux de contamination

    À travers des biopsies, il sera aussi possible d´évaluer le taux de contamination des grands dauphins de la Manche. Le système alimentaire des dauphins est un des principaux facteurs qui reflètent la bio-accumulation des métaux. Les dauphins sont par conséquent de bons indicateurs de pollution.

    4. La diffusion de la connaissance auprès du grand publique

    La diffusion de son travail constitue un des buts les  plus importants pour le GECC. Le projet est donc d´informer régulièrement le grand public au moyen de différents outils pédagogiques.

    Résultats attendus :
    La diffusion du travail du GECC à travers :

    • Une exposition itinérante qui circulera tout le temps du projet
    • La refonte totale du site Internet du GECC
    • La campagne estivale GECC
    • La réédition d´un livret pédagogique
    • Des conférences destinées à former et informer les usagers de la mer
    • Des interventions dans les écoles

    Résultats 2010

    La convention FDB-SYL a été signée ce dernier mois de juin. Suite à cet événement, le GECC s´est embarqué à la recherche d´autres sources de fonds pour pouvoir financer le reste du projet.

    Le GECC met en place chaque année une campagne estivale organisée et gérée par les salariés et bénévoles du GECC. L´année dernière 25 personnes se sont consacrées à plein temps pour assurer le bon déroulement de la campagne. Cette année, la campagne va se dérouler dans les deux premières semaines d´août. Le GECC a invité les salariés de MAAF à aller sur place et à participer :

    • à la préparation de la manifestation
    • au montage de l´exposition
    • à l´accueil du public et à l´animation de l´exposition
    • à la permanence et à l´accueil du public sur les postes à terre

    Les salariés de la MAAF ont été peu nombreux à se rendre sur place cette année pour visiter les lieux du GECC.  D’une part à cause des mauvaises conditions météorologiques et d’autre part par ce que l´événement n´avait pas été planifié longtemps à l´avance. Une deuxième visite pour les salariés de la  MAAF a été organisée la première semaine de Septembre.

    Plusieurs sorties en mer fructueuses ont été effectuées en août et septembre, durant lesquelles un nombre considérable de dauphins ont pu être photographié et identifié grâce aux encoches et aux marques que les individus de l´espèce possèdent sur leur aileron dorsal. Deux sorties effectuées en Septembre furent un succès. Plus de 200 dauphins furent photographiés, faisant un total de plus de 2000 photographies ! Des bénévoles du GECC travaillent avec assiduité en ce moment dans les bureaux de l´organisation pour analyser toutes les photographies d´ailerons prises cet été afin de pouvoir faire bientôt une première estimation de la population totale des grands dauphins vivants dans le golfe normand-breton.

    Les bénévoles et salariés GECC se sont entraînés au tir à l´arbalète sur des ballons ou des bidons tout l´été afin d´êtres prêts pour pouvoir effectuer les prélèvements de peau (biopsies). Après quelques appréhensions sur la réaction des animaux, les premiers tirs n´étaient pas évidents, mais l´équipe de terrain du GECC a vite été rassurée. En effet, les animaux avaient une faible réaction à l´impact et ne manifestaient aucune réaction de fuite. À l´étonnement du GECC, ce qui les dérangeait le plus était lorsque la flèche manquait la cible et retombait dans l´eau ; le groupe de dauphins plongeait alors et s´éloignait du bateau.

    Actu

    - Juillet 2013 -

    L’énergie renouvelable se doit de respecter la biodiversité !

    Le GECC s’implique dans le débat public concernant l’implantation d’un parc éolien en baie de Saint-Brieuc et en baie de Courseulles-sur-Mer (site du débat public Saint-Brieuc & site du débat public Courseulles-sur-Mer). L’association a déposé deux cahiers d’acteurs téléchargeables  (Saint-Brieuc et Courseulles), afin d’interpeller sur l’importance de la population des grands dauphins sédentaires dans ces zone et demande que des protocoles d’étude adaptés aux sites et aux espèces de mammifères marins qui les fréquentent soit élaborés et mis en œuvre avant les phases de chantier.

    Présentation du cahier d’acteur pour le projet en baie de Saint-Brieuc © GECC

    - Mai 2013 -

    Des avancées dans le sexage des grands dauphins ouvrent des perspectives intéressantes

    Suite à un séjour en Grande Bretagne, auprès de la Seawatch Foundation, le GECC a acquis de nouvelles compétences relatives au sexage des individus. Cette technique permet d’identifier le sexe des grands dauphins à partir de l’analyse des photographies et des comportements. Elle représente un grand intérêt pour l’étude de la démographie et de la structure sociale de cette population, car elle augmente grandement le niveau de précision des analyses. De fait, grâce au sexage, on peut voir comment se répartissent les mâles et les femelles dans la population, et connaître les périodes et les lieux de reproduction et de naissance.

    - Janvier 2013 -

    Les dauphins du Cotentin sur écoute

    En décembre, le GECC a commencé à analyser les enregistrements des deux hydrophones placés à la pointe du Grouin et dans le sud de l’archipel des Minquiers pendant un an (voir lettre du FDB n°12-2012). Les signaux de dauphin sont isolés par ordinateur puis analysés visuellement par l’équipe du GECC.

    Grand dauphin de la Manche © GECC

    - Mai 2012 -

    Les Dauphins normands au journal télévisé

    Une équipe de France 3 Basse-Normandie est venue filmer les activités du GECC en matière d’étude du Grand Dauphin. Le reportage a été diffusé le 30 mai dernier dans le journal télévisé de 12h.

    Nageoire dorsale de Grand dauphin  (© GECC)

    - Avril 2012 -

    Des dauphins plus bruyants aux Minquiers qu’à Cancale

    Le suivi des dauphins et bateaux par acoustique passive (détecteur permanent amarré) a récemment permis de mettre en évidence un plus grand nombre d’émissions de dauphins aux Minquiers (petit archipel normand) qu’à Cancale. L’analyse de ce phénomène est en cours. Une hypothèse est avancée : la cause provient-elle du passage d’un plus grand nombre de bateaux à Cancale ? A suivre…

    Grand dauphin du Cotentin (Source : GECC)


    - Mars 2012 -

    Les grands dauphins de Normandie ne sont pas seuls

    An cours l’année 2011, les usagers de la mer, membres du Réseau d’Observateurs, ont transmis au GEEC 455 observations de mammifères marins. Douze espèces différentes ont pu être identifiées. Les visiteurs exceptionnels de l’année sont le cachalot, la baleine à Bosse et le rorqual commun. Sans surprise, le vainqueur en nombre de rencontres est encore une fois le grand dauphin.

    Début 2012, le GEEC a commencé les analyses des échantillons de peau prélevés sur les grands dauphins. Cette étude a révélé le sexe de 67 individus : 49 mâles et 18 femelles (alors que rien ne les différencie à l’œil nu). Cette information est capitale pour comprendre et analyser la structure des populations de grands dauphins.


    - Décembre 2011 -

    Le GECC reçoit le prix « Admissible Solidaire » organisé par

    l´École de management de Grenoble !

    Depuis trois ans, l’Ecole de management de Grenoble organise une opération de remise de prix dans le cadre d’une opération qu’elle intitule « Admissible Solidaire ».

    L’objectif de cette opération est tout simplement de sensibiliser les candidats aux écoles de commerce à la solidarité tout en faisant une bonne action. La répartition des prix se fait en fonction des votes des étudiants de première année.

    Cette année, la cérémonie de remise des prix s’est déroulée le 12 septembre 2011 au cours de laquelle la somme de 10 000 € allouée par l’Ecole a été distribuée entre trois associations, dont le GECC qui s’est vu remettre une enveloppe de 2000 € environ.


    - Novembre 2011 -

    Récupération des premiers enregistrements acoustiques

    Début novembre les enregistrements des deux hydrophones ont été récupérés. Ce qui ne c’est pas fait sans imprévus. En effet, la bouée marquant l’hydrophone de Cancale a été retrouvé à 800 mètres de l’endroit où elle devait se trouver. Il a fallut plusieurs plongées pour localiser l’appareil, le remonter pour récupérer les données et le remettre à son emplacement d’origine. L’appareil installé aux Minquiers quant à lui n’avait pas bougé. Les enregistrements sont déjà en cours d’analyse et ils devraient apporter l´équipe de chercheurs dès le mois de décembre des informations passionnantes sur les dauphins de la zone.


    - Octobre 2011 -

    Le GECC étend son champ d’investigation

    Pour contourner le problème des conditions météorologiques adverses lors de noter les différentes observations lors des sorties en mer, le GECC a décidé d´investir dans un « gps pda ». Ce petit appareil qui tient dans la main et qui est doté d’un écran tactile, qui permet de noter simplement et efficacement tout type d´informations : des données sur les oiseaux, les activités humaines, la météo et les mammifères marins.

    Animation auprès de scolaires et création d’une malle pédagogique

    Depuis le début d´octobre, le GECC a commencé des interventions auprès de groupes de scolaires. Pour cette occasion, l´association a créé des présentations PowerPoint, un petit film et un livret pédagogique contenant du texte, des exercices et des jeux. Le GECC s´est donné quatre mois pour tester et modifier ces outils avant de les mettre à disposition auprès du grand public sous forme d’une malle pédagogique.


    - Septembre 2011 -

    Les dauphins sur écoute

    Le mardi 9 août, les chercheurs du GECC (Groupe d´Étude des Cétacés du Cotentin) ont installé un premier hydrophone (détecteur acoustique) en baie du Mont Saint-Michel. Cet appareil sera maintenu jusqu’en janvier 2012 sur cette zone, choisie pour sa fréquentation intense, aussi bien par les dauphins que par la navigation de plaisance.

    Déjà testé à proximité du port de Cherbourg, l´hydrophone permettra aux chercheurs de déterminer les périodes de présence des dauphins dans la zone et d´analyser le facteur de dérangement pour l’espèce provoqué par la navigation.

    Un second appareil est prévu pour être installé au sud de l’archipel des Minquiers.


    - Août 2011 -

    Que mange le grand dauphin ?

    Le GECC a commencé en juillet ses recherches pour étudier les espèces de poissons et de mollusques mangés par les grands dauphins. Cette analyse sera menée à partir de trente échantillons d’une vingtaine d’espèces différentes recueillies sur l’ensemble du golfe normand-breton.

    La comparaison des « isotopes » stables de l’ensemble de ces proies avec ceux des grands dauphins devrait ainsi permettre d’en savoir plus sur le régime alimentaire des mammifères marins. Cette méthode, même si elle n’est pas très précise, est la seule qui existe.

    Le Réseau d’Observateurs s’étend vers les côtes anglaises.

    Le GECC s’est rapproché d’une association anglaise, SEAWATCH, pour recueillir ses  collectes dans l’observation des mammifères marins. Ces informations permettront ainsi à l´association française de connaître les espèces qui fréquentent les eaux anglaises proche de leur zone d’étude.

    Une première carte d’observations des mois d’avril et mai 2011 a permis au GECC de remarquer la présence sur les côtes anglaises du lagénorhynque, espèce jamais observée sur les côtes françaises.

    La carte des observations sera mise à jour tous les deux mois.


    - Juillet 2011 -

    Débuts et déboires acoustiques !

    En février 2011, l´équipe de recherche du Groupe d’Études des Cétacés du Cotentin (GECC) a installé, en baie de Seine, deux enregistreurs acoustiques. Trois mois plus tard, un seul des deux appareils a été récupéré : toutes les précautions avaient été prises pour que les détecteurs ne puissent êtres arrachés par des engins de pêches, mais le vol par des plongeurs n’avait pas été envisagé !

    Pour éviter ces désagréments à l’avenir, l’équipe a testé un autre type de mouillage qui devrait résister à tout. L’enregistreur est désormais fixé à quatre blocs de béton et l’ensemble pèse plus de 400 kgs. Deux mouillages de ce type sont en cours d’installation : le premier vers Barneville-Carteret et le second devant Cancale. Ils permettront au GECC d’enrichir ses connaissances sur la population des grands dauphins.

    Un gros micro pour Flipper

    Le 5 mai l´équipe de recherche du GECC a testé la mise à l’eau d’un enregistreur acoustique à proximité du port de Cherbourg. La structure, composée de 4 blocs de béton et d’une armature en fer, pèse environ 300 kgs. Elle a été entièrement fabriquée par les jeunes du Centre Educatif Renforcé du Bigard. La mise à l’eau est assurée par quatre plongeurs confirmés et le « Vieux Copain », un voilier de l’association « Voiles Ecarlates ». Ce premier essai a été une réelle réussite.

    L’objectif était d’installer cette structure, fin mai, sur la côte ouest du Cotentin afin de mesurer la possibilité d’étudier les populations de mammifères marins en se contentant de les écouter. L’intérêt sur le long terme serait de diminuer le nombre de sorties en mer pour l´équipe de chercheurs et donc de déranger les dauphins le moins possible tout en continuant à mieux les connaître.

    ______________________________________________________________________________________________________________________________________

    -Juin, 2011-

    Le Groupe d’Etude des Cétacés du Cotentin présente ses premiers résultats à la communauté scientifique

    Du 21 au 23 mars 2011 le GECC (Groupe d’Etude des Cétacés du Cotentin) a présenté ses travaux d’étude sur la population de grands dauphins à la communauté scientifique lors d’un colloque européen, l’European Cetacean Society, qui se déroulait à Cadix en Espagne.

    Les travaux de l´association ont suscité un grand intérêt. En effet, aucun résultat n’avait, jusqu’alors, été diffusé sur cette population de dauphins qui suscite un intérêt croissant. Cette communication rencontre va ouvrir au GECC la perspective de nombreuses collaborations avec des instituts et des laboratoires de recherche qui s´intéressent aux populations de grands dauphins sédentaires.

    Une des plus importantes populations de grands dauphins côtiers en Europe.

    Depuis plusieurs années, le GECC (Groupe d´Étude des Cétacés du Cotentin) cherche à appliquer la meilleure méthode pour estimer l’ensemble de la population des grands dauphins sédentaires vivant dans le golfe normano-breton. Les chercheurs de l´organisation ont considéré que la meilleure solution consistait à programmer des sessions d´observations en mer sur deux jours, durant l´été, afin de couvrir l´ensemble de la zone d´étude et recenser le maximum de groupes de dauphins.

    La première évaluation fait état de 400 grands dauphins, ce qui permet de considérer que cette population est une des plus importantes d’Europe. Les populations du même ordre seraient celle du golfe de Cadix qui compte environ 350 individus et celle du détroit de Gibraltar qui en compte 300. Les autres populations européennes sont plus petites avec environ 200 individus pour la baie de Cardigan, en Cornouailles, et 130 pour l’estuaire du Moray en Ecosse.


    -Mai, 2011-

    L´amélioration des conditions météorologiques a permis au GECC (Groupe d´Etude des Cétacés du Cotentin) de reprendre plus régulièrement l´observation en mer. Lors des dernières sorties, les chercheurs du GECC ont pu ainsi mesurer la progression de la population de marsouins communs.

    Il est intéressant de noter que le nombre d’observations est chaque année en augmentation. Ainsi, la population observée est passée de 2 en 2008 à 11 en 2009, puis à 21 en 2010. Cela tend à confirmer les constatations de nombreux scientifiques d’après lesquelles, ces dernières années, cette espèce serait en train de se réapproprier cette partie de la Manche.


    -Mars, 2011-

    Réseau d’Observateurs des Mammifères Marins en Mer de la Manche

    Le Réseau d’Observateurs des mammifères marins du GECC (Groupe d´étude des cétacés du Cotentin) est un outil au service de la connaissance et de la préservation de ces animaux. Il permet d’effectuer une veille et d’alerter, si nécessaire, les gestionnaires du milieu marin pour maintenir une cohabitation durable entre les activités humaines et les mammifères marins, En 2010, le GECC a recueilli 249 observations de huit espèces
    différentes de mammifères marins.

    Les observations de grands dauphins sont cette année encore, les plus nombreuses : elles totalisent 70 % des observations. Pour la première fois, une extension du déplacement de la population de grands dauphins a été relevé à l´ouest du Contentin. En effet, le développement du système d´observation a permis de constater la présence de grands dauphins devant Etables-sur-Mer, au nord-ouest de Saint Brieuc. Il s’est avéré que les animaux identifiables sur les photographies correspondent à ceux qui sont régulièrement observés en Baie du Mont Saint-Michel. Programme FDB


    - Février 2011 -

    Plus de 82 000 photos de grands dauphins prises par le GECC !

    Depuis le début du mois de décembre 2010, l’équipe du GECC (Groupe d’Etude des Cétacés du Cotentin) se concentre sur l’identification des grands dauphins à partir des photographies d’aile

    ron réalisées en 2010 et prépare une campagne pour le  printemps. Depuis la naissance de l´association en 1995, 82 434 photographies ont été prises. 54% ont déjà été analysées. Il reste encore près de 40 000 photographies à traiter. Ce travail est effectué en ce moment par l’équipe salariée du GECC et par des volontaires. C’est un travail complexe qui demande beaucoup d’attention et de rigueur.


    - Novembre 2010 -

    Étude de la structure sociale des grands dauphins en Normandie

    Grâce à l’analyse de chaque photographie, l´équipe GECC pourra découvrir comment se structure la population des grands dauphins. L’intérêt est de savoir s’il existe une seule population, si elle est composée de plusieurs groupes avec des spécificités différentes qui peuvent être dépendantes du sexe, du rang social ou autre. Sur la carte figurent les 3 zones sur lesquelles les dauphins sont préférentiellement observés.
    Un carré correspond à un individu, son nom figure sur l’ étiquette. La présence d’une ligne signifie que les individus ont été vus au moins une fois ensemble. Un code couleur représente la ou les zones ou l’individu a été observé. Les individus observés uniquement en Baie du Mont Saint Michel (bleu clair) et dans le Nord (jaune) n’ ont jamais été vus ensemble. Cependant ils interagissent avec des individus communs observés sur deux zones ou sur l’ensemble du secteur. Par ailleurs, certains individus ne sont observés que sur un seul secteur alors que d’autres sont observés sur une zone plus large (bleu foncé, vert foncé, orange, vert clair) ou sur l’ensemble de la zone (rouge). Ce diagramme nous indique donc que la population forme une seule unité mais qu’elle est spatialement structurée.


    - Octobre 2010 -

    Les premiers enregistrements passés à la loupe !

    Les premiers sons, encore appelés « clics» ou cliquetis enregistrés par les détecteurs acoustiques C-PODs ont été analysés à la loupe afin de vérifier la fiabilité des enregistrements et les interférences qui pourraient le diminuer. Les particules solides en suspension dans l’eau ou les micro-bulles créées par la houle ou le passage de bateaux peuvent déclencher l’enregistrement de « clics » liés à l’impact des particules ou des micro-bulles contre les hydrophones des détecteurs. Mais un signal associé à l’émission d’un son par un vaquita correspondant à une série de clics bien particuliers, allant de quelques clics par seconde à des dizaines bien reconnaissables lors de l’analyse des enregistrements. C’est pour plus de prudence que les C-Pods seront placés par la suite à environs 10m de profondeur pour limiter les effets des micro-bulles davantage présentes en surface et des particules solides, elles plus présentes dans le fonds.

    Biopsies, les choses sérieuses ont commencé !

    Fin septembre l´Equipe GECC a commencé à réaliser les biopsies nécessaires à la caractérisation génétique de la population de grands dauphins. Pour cela, ils utilisent des flèches tirées à l’aide d’une arbalète. Cette méthode est très couramment utilisée pour le suivi des mammifères marins, mais c’est la première fois qu’elle était utilisée pour cette population, en Normandie. L´équipe du GECC avait quelques appréhensions sur la réaction des animaux. Les premiers tirs n’ont pas été évidents (viser dans un semi-rigides lancés à pleine vitesse demande une certaine habitude !), mais ils ont été vite rassurés. En effet, les animaux ont réagit très faiblement  à l’impact et n’ont manifesté aucune réaction de fuite. Au grand étonnement du GECC, ce qui les dérangent le plus, c’est lorsque la flèche manque la cible et retombe dans l’eau ; le groupe de dauphins plonge alors et s’éloignent du bateau.

    Galerie Photos

    Grand Dauphin
    Grand Dauphin
    Grand Dauphin

    1 2 3

    Galerie Vidéos

    Image de prévisualisation YouTube