Etat des lieux

Fiche Action

  • Localisation :
    littoral atlantique, La Rochelle
  • Situation de l'espèce :
    Le Dauphin commun & le Marsouin commun sont localement menacés par la capture accidentelle dans les filets de pêche
  • Période :
    mai 2012 - mai 2014

Mécène

Opérateur terrain

Le Marsouin commun (Phocoena phocoena) est le plus petit cétacé des côtes françaises. Il mesure à l’âge adulte entre 130 et 190 cm, pour un poids de 50 à 70 kg. Son, aire de répartition concerne principalement les zones côtières et peu profondes de  l’Atlantique nord et du Pacifique nord. Le marsouin est une espèce vulnérable car essentiellement côtière et donc exposée aux activités humaines.

Le Dauphin commun (Delphinus delphis) est parmi toutes les espèces de petits delphinidés celle qui se trouve la plus rependue dans les eaux tropicales, subtropicales et tempérées des deux hémisphères. Les mâles sont généralement plus grands que les femelles. En moyenne, un dauphin commun mesure entre 170 et 240cm et pèse entre 80 et 90 kg. Cette espèce utilise une grande diversité d’habitats puisque les dauphins communs sont observés de la zone océanique à la bande côtière.

Les captures accidentelles dans les engins de pêche sont la menace la plus importante qui pèse sur les deux espèces dans la zone d’étude. Toutefois, la dégradation de leur habitat, la pollution où encore les nuisances sonores dues au trafic maritime intense sont autant de menaces additionnelles pesant sur ces deux espèces.

Opérateur Terrain

Nom de la structure :

CRMM (Centre de Recherche sur les Mammifères Marins)

Contact :

Mme Hélène PELTIER - CRMM

Principales missions :

  • Créé en 1972, depuis 2011, il forme une Unité Mixte de Service avec le Centre d’Etudes Biologiques de Chizé (observatoire Pelagis, UMS 3419 Université de La Rochelle-CNRS).
  • Assurer une veille environnementale des populations de mammifères marins le long des côtes françaises grâce à l’organisation d’un réseau de collecte de données d’animaux échoués, mais également par la réalisation de campagnes d’observation en mer.
  • Assurer une activité d’expertise scientifique à la demande du Ministère en charge de l’Environnement, notamment dans le cadre de la Commission Baleinière Internationale et de l’application de directives européennes relatives à la conservation des mammifères marins.

Site internet du CRMM

Objectifs

Objectif principal : quantifier l’impact des pêcheries (captures accidentelles) sur les dauphins communs et marsouin communs

Pour cela, le CRMM utilise :

  • les données échouages relevés par le Réseau National d’Echouages sur le littoral atlantique depuis 1972
  • un modèle informatique de prédiction de dérive qui est ensuite appliqué sur ces données

Ces outils permettent au CRMM de quantifier le nombre d’animaux morts par capture accidentelle et de cartographier la position géographique en mer de ces évènements. Le CRMM sera donc à même de définir les zones à de forte pression des pêcheries ce qui pourra être utilisé dans le cadre de stratégies de gestion nationales ou internationales.

Actions

1. Utiliser les données d’échouages pour évaluer l’impact des pêcheries sur les populations de Dauphin commun et de Marsouin commu

Adaptation des indicateurs existants

  • Adaptation des indicateurs existants aux marsouins communs

Le CRMM a déjà mis en place 4 indicateurs qui permettent d’évaluer l’état des populations de grands dauphins à partir des données d’échouages. Par exemple, le CRMM est déjà capable de réaliser la carte du taux de mortalité des dauphins communs en mer à partir des seules données d’échouage. Le travail de cette première phase consiste à adapter ces indicateurs à l’autre espèce étudiée : le marsouin commun.

  • Adaptation des indicateurs des deux espèces aux interactions avec les pêcheries

Le travail consiste développer des indicateurs permettant de quantifier l’impact des pêcheries sur les dauphins, à partie des données échouages. Il s’agira par exemple de coupler les zones de mortalités des cétacés avec leur cause de mortalité et notamment les captures accidentelles.

Application des indicateurs aux situations passées et actuelles

  • Utiliser les indicateurs obtenus sur les données échouages passées et actuelles.

Le travail consiste à appliquer les indicateurs sur les jeux de données d’échouage déjà à disposition. Ce travail permettra d’évaluer l’impact (qualitativement, quantitativement et spatialement) sur les deux espèces concernées, dans le passé et actuellement. Il permettra ainsi de connaitre l’évolution de l’impact des pêcheries sur les 2 espèces de cétacé.

Proposer des recommandations pour la conservation des deux espèces

  • Utiliser les résultats obtenus pour définir les actions de conservation pertinentes

Il s’agira de rendre les indicateurs précédents utilisables à la fois par les scientifiques et les décisionnaires et de proposer des recommandations pour la conservation de ces deux espèces vulnérables.

2. Sensibiliser le grand public et les usagers de mer aux interactions entre cétacés et pêcheries


Animer le site internet du CRMM (http://crmm.univ-lr.fr/)

Une  page dédiée aux interactions cétacés/pêcheries sera créée.

Réaliser des prises de paroles

Des conférences destinées à sensibiliser le grand public au sujet des interactions cétacés / pêcheries seront réalisées.

Réaliser une exposition

Le CRMM va bénéficier d’une exposition durant toute l’année 2013 à l’Aquarium de la Rochelle, site très touristique de la ville. Mettre en avant le projet « Interactions du Dauphin commun et du Marsouin commun avec les pêcheries » dans l’exposition.

Actu

- Février 2013 -

Vers une connaissance des zones à enjeu pour les dauphins et les marsouins communs de l’Atlantique

Le CRMM a réussi à adapter son modèle afin de mieux déterminer l’origine des dauphins et marsouins communs vivant le long du littoral atlantique français.. Cette étude a été conduite à partir de l’observation des individus échoués sur les côtes. Si toutes les analyses de données, qui couvrent plusieurs décennies, ne sont pas terminées, de premiers résultats significatifs apparaissent. Ainsi, les populations de marsouins semblent s’être étendues vers le sud de l’Europe, à partir de l’est de la mer du Nord, puis vers la Manche et enfin le golfe de Gascogne.

Zones de mortalité des marsouins communs retrouvés échoués en 1990 © CRMM

- Septembre 2012 -


Le projet a commencé en mai 2012 et le CRMM effectue actuellement le travail de modélisation informatique à partir des données d’échouage. Cette base de données est fournie par Réseau National Echouages qui assure depuis 1972 la collecte et l’examen d’animaux échoués. Le CRMM dispose ainsi d’informations sur plus de 5 000 échouages de dauphins communs et plus de 5 700 marsouins communs. Les premières étapes de modélisation informatique développées actuellement, consistent à prédire la position géographique de la mort des marsouins échoués. Ainsi, les zones de forte mortalité pourront être comparées aux trajectoires des pêcheries pour évaluer leur responsabilité dans la mort des cétacés.