Etat des lieux

Fiche Action

  • Localisation :
    Province Anhui, Chine
  • Situation de l'espèce :
    Gravement menacée
  • Période :
    Mai 2011 - Mai 2016

Mécène

L’alligator de Chine  (Alligator sinensis) est l’un des crocodiliens les plus menacés du monde, et la seule espèce endémique à la Chine.


Il est considéré par l’UICN comme « en danger critique » et est inclus dans l’Annexe I de la CITES.

L’évidence des fossiles ainsi que la littérature sur le sujet nous mène à supposer que les alligators de Chine étaient autrefois largement distribués dans les plaines et le réseau fluvial chinois. Vers le milieu du XIXème siècle, les alligators étaient présents tout au long de la vallée inférieure du Yangzi dans le sud-est de la Chine. Actuellement, la distribution de l’espèce se limite à quelques zones isolées dans le sud de la province d’Anhui ainsi que dans la province voisine du Zhejiang. Des enquêtes de terrain récentes suggèrent qu´il ne resterait pas plus de 120 alligators à l’état sauvage et que la population continue à diminuer. La perte d´habitat se présente comme le facteur principal contribuant au déclin de l´espèce.

Pour augmenter les populations d´alligators sauvages dans la nature, il convient d’identifier et de restaurer des sites supplémentaires pour l´établissement de nouvelles populations à travers la réintroduction d’alligators élevés en captivité. La réintroduction de crocodiles est une technique qui a déjà prouvé son efficacité dans plusieurs pays. Entre 2006 et 2010, trente-six alligators élevés en captivité ont été libérés au Centre d´Étude de Fôret à Gaojinmiao dans le comté de Langxi dans la province d´Anhui. Ils ont tous fait l’objet d’un suivi précis par télémétrie. Ces alligators réintroduits dans la nature ont générés cinq nids, donnant quarante-neuf jeunes.

Une étude des préférences d’habitat des alligators a été menée tout au long de la réintroduction, et un nombre considérable de données ont été recueillies. L´équipe de recherche de l´Universíté Normal d´Anhui souhaite sélectionner trois à cinq sites d’habitat potentiels sur le cours inférieur du Yangzi pour y réintroduire de nouveaux alligators de Chine élevés en captivité, et ce à partir d’un SIG (Système d´information géographique) et d´autres techniques de capture de données à distance.

Des alligators élevés en captivité seront sélectionnés pour être libérés dans la nature, sur les sites sélectionnés. L’équipe de chercheurs de l’Université Normal d’Anhui s’attend à ce qu’il y ait plus de 300 alligators vivant dans la nature d’ici trois à cinq ans avec une intervention humaine minimale. Si cet objectif se réalise, l´espèce aura une probabilité élevée de survivre et par conséquent le risque de son extinction sera fortement réduit. La mise en place de ce programme apportera un grand espoir pour cette espèce emblématique en Chine

Pour déterminer quel site sera le plus approprié pour libérer les individus d’alligator de Chine, il est impératif de mieux comprendre les éléments nécessaires pour la survie de l´espèce. Les chercheurs à l´Université d´Anhui ont analysé l´habitat de l´espèce et déterminé que les conditions au bord de la rivière, la valeur du pH de l´eau, l´abondance d´escargots, l´abondance de bambou ainsi que la stabilité de l´eau, étaient significativement associés à la survie des alligators. Les conditions présentes au bord de la rivière se sont avérées particulièrement importantes. Les observations sur le terrain ont aussi confirmé ceci, ainsi que le fait que les individus relâchés avaient tendance à choisir les bords des banques de sables en bon état qui avaient une couverture végétale importante.

Les résultats ci-dessus faisaient toutefois référence aux micro-habitats et une approche plus ample est nécessaire afin de déterminer l´habitat « idéal » pour les alligators. Par conséquent il faudrait considérer également d´autres facteurs comme l´impact de l´homme, les caractéristiques du paysage (pente, aspect), etc. La modélisation de ces facteurs affectant  l’aptitude des sites d’habitat servira alors pour faciliter le tri des sites potentiels de réintroduction, ainsi que des cartes SIG, et aider les gestionnaires environnementaux à prendre les décisions appropriées. Ces modèles sont basés sur des indices d´aptitude qui reflètent la qualité de l´habitat en fonction d´une ou plusieurs variables environnementales. Les appareils de télémétrie ainsi que le SIG ont servi de soutien pour la mise en œuvre du modèle de réintroduction de l´alligator de Chine.

    Opérateur Terrain

    Nom de la structure:

    Anhui Normal University

    Contact :

    Dr Xiaobing Wu – AHNU

    Principales missions:

    Fondée en 1928, l’Université Anhui est non seulement une institution d’enseignement supérieur mais aussi l’une des premières universités de la province de l’Anhui.

    L’université dispose de 16 collèges, 7 programmes de doctorat, 71 programmes d’enseignement supérieur et 55 programmes de premier cycle.

    35000 étudiants provenant de différents pays, plus de 2200 travailleurs et membres du personnel (dont 550 professeurs titulaires et agrégés) évoluent au sein de l’université.

    Site internet en anglais de Anhui Normal University

    Objectifs

    Objectif principal : Empêcher la disparition de l’alligator de Chine

    • Établir des critères de sélection d´habitat ainsi que les zones potentielles de réintroduction pour l´espèce
    • Effectuer des enquêtes de terrain afin de déterminer les habitats idéals/zones idéales de réintroduction
    • Restaurer les zones sélectionnées pour la réintroduction des animaux à l´état sauvage.
    • Réintroduire les individus élevés en captivité à l´état sauvage
    • Effectuer le suivi des individus libérés ainsi que le soutien des zones/sites de libération

    Actions

    1. La définition des critères de sélection d´habitat:

    Pour pouvoir effectuer la réintroduction de l’espèce dans la nature, il faut d’abord établir les critères généraux de sélection d´habitat afin de pouvoir définir les facteurs d’habitat spécifiques à l´alligator de Chine. Ces critères englobent les exigences biologiques (la qualité de l’eau, les ressources alimentaires, l’état des sols, la végétation), ainsi que celles de nature socio-économique (l´intervention humaine, la pollution, les impacts sur l’agriculture et sur communautés locales, les opinions de la population locale face à la réintroduction potentielle des alligators).

    Les résultats sont établis en tenant compte des conclusions de l’étude menée par le Centre d’Etude de la Forêt à Gaojinmiao ainsi que des connaissances des experts. Les différents critères d’habitat dans des lieux spécifiques sont alors évalués en fonction des préférences des alligators, lesquelles sont considérées à représenter les conditions naturelles les plus appropriées pour l´espèce.

    2. Sélection de l’habitat potentiel:

    L’habitat potentiel au bord du fleuve Yangzi est examiné selon les critères précédemment définis en utilisant des cartes topographiques et des images satellite. Plus de quinze facteurs d´habitat sont évalués, comme l’altitude, la pente, l´exposition, la végétation, les conditions hydrologiques, la présence humaine, etc. Chaque facteur est évalué en fonction des critères précédemment établis et les lieux cartographiés.

    3. Enquêtes sur le terrain pour définir les habitats potentiels de réintroduction:

    Des enquêtes complémentaires de terrain sont effectuées pour confirmer que les habitats potentiellement viables sont appropriés pour la réintroduction de l´espèce. La composition et la densité de la végétation naturelle de la zone d´étude sont recensées et ces informations seront combinées avec les images satellite et les résultats actualisés des enquêtes pour créer un index dynamique.

    Les espèces ainsi que la biomasse des animaux (en particulier celle de la faune aquatique) sont identifiées et mesurées dans des points sélectionnés au sein des divisions linéaires. Les conditions hydrologiques seront analysées en utilisant des analyseurs de qualité de l’eau, et des échantillons de sol seront prélevés pour définir les valeurs du pH et de la salinité.

    4. Préparation des sites de lâcher sélectionnés:

    Les sites sélectionnés pour la réintroduction des alligators font l’objet d’une restauration afin de répondre aux exigences des animaux. Certains sites ont par exemple du subir un surcreusement afin de pouvoir fournir aux alligators les conditions hydrologiques appropriées, tandis que d´autres auront besoin de sources additionnelles de nourriture.

    5. Réintroduction de spécimens d´alligators de Chine élevés en captivité:

    Des alligators de Chine élevés en captivité et en bonne santé sont sélectionnés et des analyses génétiques sont effectuées avec des marqueurs micro-satellites. Certains alligators seront équipés de radio émetteurs afin de pouvoir les suivre et comprendre leur comportement.

    6. Le suivi et la gestion:

    Après la libération des alligators, la gestion des crocodiles et des sites de réintroduction est importante. Les activités d’éducation doivent êtres renforcés par la mise en œuvre de la loi sur la protection de la faune. Les représentants des autorités locales, les chefs de famille, les représentants des entreprises locales, les étudiants et les enseignants qui habitent les potentiels sites de réintroduction auront l’occasion de rencontrer l’équipe de biologistes. Des ateliers informels seront mis en place pour informer les participants sur les espèces menacées et endémiques de la région ainsi que pour augmenter la fierté de la communauté dans leur patrimoine biologique. Une enquête structurée sur les connaissances, les valeurs, les attitudes et les perceptions à l’égard du programme de restauration de l’alligator de Chine, sera mise en œuvre par les différentes agences gouvernementales. Les participants devront remplir un questionnaire structuré. Un exercice-test sera préalablement effectué sur quelques communautés  pour s’assurer que toutes les questions sont claires, et une version finale du test sera préparée pour l’échantillonnage.

    Calendrier Sept 2010 – Avril 2011 :

    • Synthèse de la bibliographie
    • Mise en place des critères d’habitat
    • Collecte de données sur le terrain
    • Enquêtes sur le terrain pour sélectionner les meilleurs sites
    • Identification des habitats potentiels pour la réintroduction
    • Sélection des alligators relâchés
    • Restauration de l’habitat des sites de réintroduction
    • Formation des équipes de suivi
    • Sélection des alligators de Chine pour les analyses d’ADN

    Mai 2011

    Lâcher des alligators de chine

    Juin 2011 – Juin 2015:

    • Suivi et gestion des alligators réintroduits dans la nature
    • Rédaction de rapports et publications

    Actu

    - Mai 2013 -

    Nouvelles réintroduction

    Le 15 mai, l’université d’Anhui, avec l’aide du Centre de Recherche d’Anhui pour la Reproduction de l’Alligator Chinois (ARCCAR), a relâché de nouveau 6 jeunes alligators : 2 mâles et 4 femelles, d’environ 1,5 m de long et une douzaine de kilos chacun. Ces alligators ont été relâchés dans des mares restaurées au cours du projet.

    Réintroduction d’un alligator chinois sur le site © Anhui University

    - Mars 2013 -

    Renforcement du milieu

    Certaines mares récemment restaurées pour accueillir les réintroductions ont été complémentées avec des escargots et moules ainsi qu’avec des alevins de carassin, de carpe et de chevesnes en provenance de la production locale. L’apport a été réalisé en quantité suffisante pour assurer leur fonctionnement en autonomie par la suite tout en assurant les besoins alimentaires des alligators réintroduits.

    Alligator réintroduit en plein repas © Anhui University

    - Janvier 2013 -

    Six nouveaux alligators de chine réintroduits

    Cet été, six alligators ont été sélectionnés dans le centre d’élevage après avoir été soumis à une série de tests de santé (mesure de la taille, des différentes parties du corps, examen des traumatismes éventuels). Les 2 mâles et 4 femelles concernés ont été équipés d’émetteurs radio pour assurer leur suivi scientifique avant d’être relâchés sur le site de Gaojingmiao, restauré en 2011.

    Alligator équipé d’un émetteur sur la queue avant d’être relâché © Anhui N. University

    - Septembre 2012 -

    Cet été, l’équipe de recherche de l’Université d’Anhui (en chine) a identifié un nid d’alligator précédemment relâché sur le site de Gaojingmiao., en Chine. Un bel indice de réussite du programme de réintroduction !

    Découverte du nid à Gaojingmiao (© Anhui Normal University)


    - Mars 2012 -

    Début de restauration de l’habitat de l’Alligator chinois

    Depuis fin novembre 2011, les chercheurs de l´Université Normale d´Ahnui ont engagé l’action de restauration de l’habitat de l’alligator chinois. La réintroduction d´individus à l´état sauvage est prévue dans le courant 2012.


    - Septembre 2011 –

    Un événement marquant pour la réinsertion de l´alligator de Chine !

    Le 26 Juillet, un jeune alligator a été observé dans un des étangs ayant accueilli des adultes réintroduits. C’était une première pour l’équipe de recherche qui n’avait jamais observé de bébé alligator sur ce site. Le bébé alligator avait environ deux ans et mesurait entre 28 et 32 centimètres.

    Cet événement marque un grand pas dans le processus de réintroduction de l´alligator de Chine à l´état sauvage en démontrant que les œufs de l’espèce sont capables d’éclore et que les jeunes peuvent survivre seuls dans la nature.


    - Août 2011 -

    La saison de reproduction pour les alligators de Chine

    Juin et juillet ont été marqués, dans la région de la rivière du Yantzé, par de fortes pluies, traditionnellement connues en Chine comme étant les «pluies de la saison des prunes».

    Cette période est aussi la saison de reproduction pour les alligators de Chine, et début juin l’équipe de recherche de l’Université Normale d’Anhui a entendu des beuglements de l´espèce, observant le mâle libéré à l´état en mai, faisant la cour à une femelle. Les chercheurs ont également vu des traces de nids et espèrent pouvoir trouver des nids viables dans les prochains mois.

    Les émetteurs fonctionnent bien !

    Les émetteurs radio placés sur les alligators de Chine lâchés début mai, fonctionnent très bien et l’équipe de recherche n´a eu aucun problème pour localiser chaque individu. Les alligators sont toujours sur le site de réintroduction et en bonne santé.

    Un des spécimens ainsi réintroduit a été observé mangeant une proie. Ce sont des nouvelles très positives car elles montrent d’abord que les spécimens libérés ont conservé leur instinct de chasse naturel et sont capables de vivre à l´état sauvage sans problèmes à ce jour.

    Galerie Photos

    Alligator chinois
    Alligator chinois
    Alligator chinois

    1 2 3